Press "Enter" to skip to content

Niger : L’insomnie de Patrice Talon sur les préoccupations extérieures et intérieures l’a talonné de Dakar à Niamey vendredi

Photo : Le Président béninois Patrice Talon (G) reçu par le Président nigérien Mahamadou Issoufou (D), ce vendredi 4 octobre 2019 à Niamey – Source, Présidence du Bénin


Quelques heures après sa participation à la réunion du Comité de haut niveau sur le financement de la sécurité dans l’espace UEMOA tenue jeudi 3 octobre à Dakar au Sénégal où il a été mandaté par l’organisation sous-régionale, le lendemain, le chef de l’État béninois Patrice Talon a effectué une brève visite de travail au Président en exercice de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à Niamey au Niger. Bien reçu par son homologue nigérien, Mahamadou Issoufou, l’audience de travail des deux dirigeants ouest-africains s’est articulé autour de trois gros points préoccupants ce vendredi 4 octobre :

  1. le projet de construction du pipeline d’Agadem du Niger qui doit relier ses champs pétroliers de Sèmè-Podji à la côte du Bénin, déjà lancée par Niamey en septembre dernier en attendant Porto-Novo fin 2019 ou début 2020 ;
  2. le projet de construction du chemin de fer entre Niamey et la capitale économique du Bénin, Cotonou ; et enfin
  3. le financement de la sécurité dans l’espace UEMOA.

Sur le premier point préoccupant, le chef de l’exécutif béninois reconnait que la réalisation de ce projet est synonyme du renforcement de la coopération et de la souveraineté entre son pays et le voisin, Niger. « Même si c’est le Niger qui porte le projet dans toute sa dimension qui concerne l’évacuation du pétrole, le Bénin bénéficiera des investissements importants qui renforcent la coopération et l’interdépendance entre les deux pays. », a soutenu Patrice Talon.  Toujours sur des questions bilatérales dont le deuxième point préoccupant, le chef du gouvernement du Bénin s’en était également ouvert à son homologue nigérien au cours de leur séance de travail.  « Nous avons à cette occasion évoqué la nécessité de réveiller notre ambition pour le chemin de fer, qui est également une infrastructure inter-communautaire pour le transport de biens et de marchandises. », a confié le commandant du Nouveau Départ au Bénin depuis trois ans. Il a laissé parler son cœur sur la réalisation de ce projet très ambitieux qui peine à prendre corps. « Malheureusement la mise en œuvre de notre ambition s’est heurtée à quelques problèmes juridiques, d’incompréhension entre les divers partenaires, ce qui a plombé ce programme. », a déploré Patrice Talon. Mais il reste positif. « Les besoins de financement pour le chemin de fer entre le Bénin et le Niger sont mobilisables, ce qui justifie à nouveau notre regain d’intérêt pour le programme de développement de cette infrastructure. », a-t-il déclaré.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mettre 500 millions de dollars soit 300 milliards de FCFA au service du financement de la lutte contre le terrorisme dans une dynamique sous-régionale

Des questions régionales ont été évoquées dont le troisième point supra cité. Le troisième et le dernier point majeur du plat d’entretien des deux chefs d’État de l’Afrique occidentale, est bien un problème très préoccupant qui donne même de l’insomnie aux dirigeants de l’Union Économique et Monétaire Ouest-Africain (UEMOA). Le N°1 béninois l’avait bien reconnu lors de son départ de Cotonou à Dakar mercredi. À Niamey, Patrice Talon a confié à Mohamadou Issoufou  qu’il a participé au pays de Macky Sall, à une séance de travail entre les ministres des finances, les ministres de la défense et les Chefs d’État-major des Armées des pays membre de l’UEMOA sur le financement de la sécurité dans leur zone monétaire où les chefs d’État ont pris une décision. « Mettre 500 millions de dollars soit 300 milliards de FCFA au service du financement de la lutte contre le terrorisme dans une dynamique sous-régionale. », a expliqué l’invité du président en exercice de la CEDEAO. « Cette réunion a établi les modalités de mobilisation, de décaissement de cet important moyen financier et défini les moyens d’utilisation et les modèles de coopération pour réunir ces ressources là pour faire face au terrorisme dans la région », a ajouté Patrice Talon.

Il convient de rappeler que lors de leur réunion du Sommet de la CEDEAO, le 14 septembre dernier à Ouagadougou, les chefs d’État et de Gouvernements ont adopté un plan d’action 2020-2024 et aussi de la mobilisation des ressources financières pour lutter contre le terrorisme. A cet effet, la contribution à hauteur d’un milliard de dollars US a été arrêtée par ces derniers. « Les 500 millions au niveau de l’UEMOA vont se rajouter aux 500 millions au niveau de la CEDEAO. », a rapporté le chef de l’État béninois. Très rassurant, il va ajouter. « Je peux vous rassurer que le milliard de dollars est déjà mobilisé », a affirmé Patrice Talon ce vendredi  à Niamey. Il est important de souligner que l’homme courageux avec des réformes ambitieuses engagées à la tête du Bénin depuis le 6 avril 2016, n’est pas allé par le dos de la cuillère pour exprimer toutes ses salutations et affections à ses « frères et sœurs du Niger ». Le dirigeant béninois a également exprimé « sa satisfaction pour la qualité des relations entre les deux peuples et la complémentarité entre les deux Nations ». Patrice Talon a regagné Cotonou dans l’après-midi de la journée de ce vendredi 4 octobre 2019 et visiblement très fier d’avoir accompli une mission communautaire.

One Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.