Press "Enter" to skip to content

2ème session ordinaire du CDCC Ouémé : Joachim Marie-Florès Vignon Apithy réimpose aux maires la doctrine du gouvernement Talon

Photo : Le préfet Joachim Marie-Florès Vignon Apithy et les membres du CDCC Ouémé, jeudi 10 octobre 2019 à Porto-Novo


Tenir la session ordinaire du Conseil Départemental de Concertation et de Coordination (CDCC) dans le département de l’Ouémé est une tradition pour le préfet Joachim Marie-Florès Vignon Apithy. En respect à cela, ce jeudi 10 octobre 2019, la deuxième (2ème) session ordinaire au titre de l’année 2019 du Conseil Départemental de Concertation et de Coordination (CDCC) de l’Ouémé s’est tenue à la préfecture de Porto-Novo, chef-lieu du département de l’Ouémé et capitale du Bénin. C’est la salle cinquantenaire de l’institution qui a abrité les travaux de ladite session. La cérémonie d’ouverture desdits travaux a été placée sous l’autorité du préfet Joachim Marie-Florès Vignon Apithy avec la présence très remarquable des maires des communes du département de l’Ouémé, notamment les nouveaux maires installés suite aux dernières élections législatives. Également présents, d’autres membres du CDCC. D’abord, il faut souligner que cette deuxième (2ème) ordinaire au titre de l’année 2019 du Conseil Départemental de Concertation et de Coordination (CDCC) de l’Ouémé intervient à un moment de l’année qui a retenu la grande attention du représentant du chef de l’État dans le département de l’Ouémé. « La présente session (…) s’ouvre ce jour à un moment décisif où la troisième mandature des conseils communaux tire progressivement à sa fin. », a fait savoir Joachim Marie-Florès Vignon Apithy.

C’en était donc parti pour une conscientisation morale où les autorités municipales en occurrence les maires, doivent se mirer et s’interroger. Et la première autorité du département de l’Ouémé ne bégaye pas à ce niveau. « Quel bilan pouvons-nous faire concrètement aujourd’hui ? », a soulevé le préfet. Dans l’attente d’une réponse dont il a déjà connaissance sur la base de certains éléments produits à son attention, il offre aux maires du département de l’Ouémé une occasion pour s’en apercevoir. « C’est l’occasion (…) de s’interroger les uns les autres sur le bilan de réalisation des tâches que j’ai prescrites dans le tableau de bord qui vous a été proposé au cours de ma tournée statutaire dans les communes de notre département du lundi 8 au vendredi 14 novembre 2018 (…) pour sauver ce qui pourrait l’être encore. », a indiqué le préfet Joachim Marie-Florès Vignon Apithy, tout en exprimant le choc de son « amer constat sur la mal gouvernance prévalant sur le terrain ». Un constat, faut-il le relever, qui n’a pas respecté les recommandations faites par l’administration centrale. « (…) Des différents audits organisés par les structures étatiques ou non, (…) continuent de révéler dans leurs différents rapports, que la gestion financière reste le talon d’Achille de nos communes », a déclaré l’autorité départementale laissant apparaître toute son irritation.

« Les efforts de la tutelle n’ont pu émousser les ardeurs de certains prédateurs tapis dans l’ombre de certains conseillers communaux. »

Le premier citoyen du département de l’Ouémé a également déploré la gestion faite des différents crédits mis à dispositions de ces maires. Et pourquoi ? « Car, les efforts de la tutelle n’ont pu émousser les ardeurs de certains prédateurs tapis dans l’ombre de certains conseillers communaux. », a expliqué l’œil d’aigle du chef de l’État dans cette région du sud du Bénin.  Mais il faut reconnaître que ceci n’a pas eu raison de l’homme qui a adopté, comme le chef du gouvernement du Bénin, le président Patrice Talon, le silence et le respect des textes de la République comme mode de gestion, pour inviter les représentants communaux « à faire preuve d’orthodoxie dans leur gestion financière quotidienne ». Ce faisant, Joachim Marie-Florès Vignon Apithy rappelle et réimpose à ces autorités municipales de son territoire de juridiction, la doctrine du gouvernement Talon. Notons qu’à la suite de la cérémonie d’ouverture, la deuxième (2ème) session ordinaire au titre de l’année 2019 du Conseil Départemental de Concertation et de Coordination (CDCC) de l’Ouémé a continué avec diverses communications soutenues par des échanges sur des questions relatives au bien-être des communautés.

One Comment

Laisser un commentaire