Press "Enter" to skip to content

Abomey-Calavi : 2 personnes tuées ce jeudi dans un accident de circulation

Photo : Les corps sans vie des deux usagers, ce jeudi 9 janvier, à Akassato


Tôt au environ de 7h (heure béninoise) ce jeudi 9 janvier, deux personnes ont trouvé la mort dans un accident de circulation. Le drame qui n’a laissé aucune chance de vie à ces deux hommes s’est produit dans la commune d’Abomey-Calavi, dans le département de l’Atlantique, au Sud du Bénin. En effet, c’est un camion poids lourd transportant un container qui a causé la mort de ces usagers de la route inter-état Cotonou – Niamey. Visiblement, c’est un camion qui venait du Port Autonome de Cotonou (PAC), le poumon économique du Bénin, pour direction intérieur du pays ou en directions des pays de l’hinterland. Soit ce camion chargé d’un container 40 pieds avait pour destination Niger, Burkina-Faso ou Togo, ces pays limitrophes du Bénin, mais certainement pas au Nigeria dont les frontières sont toujours fermées avec le Bénin depuis le 20 août 2019. C’est encore possible que ce camion soit en direction du Mali ou du Tchad. L’accident s’est survenu à la hauteur du marché Akassato, un arrondissement de la commune d’Abomey-Calavi, juste devant le Complexe scolaire publique d’Akassato.

Les circonstances du drame ne sont pas encore disponibles

Comme on peut le voir sur les images de la rédaction differenceinfobenin.com du groupe de presse DIFFÉRENCE, les corps sont encore là (à l’heure de la rédaction de cet article). Quant à la circulation, elle est vite prise en charge par les hommes en uniforme du commissariat spécial de l’arrondissement d’Akassato. Il faut noter que les éléments de la Police Républicaine de l’unité que commande avec professionnalisme et détermination le jeune Capitaine Franck Gbian, régularise parfaitement la circulation depuis le carrefour Pavé Kérékou. Pour l’heure, selon le commissaire spécial de la Police Républicaine de l’arrondissement d’Akassato, les détails et les causes réels de cet accident mortel seront connus dès qu’une enquête sera ouverte à ce propos. Retenons simplement que les circonstances du drame ne sont pas encore disponibles. « C’est la libre circulation des personnes et des biens qui préoccupe pour l’instant. », nous a confié le jeune officier Franck Gbian, très présent en esprit, corps et en âme sur le terrain. Il convient de rappeler qu’à la veille ou dans une nouvelle année, la prudence doit être de mise.

Be First to Comment

Laisser un commentaire