Press "Enter" to skip to content

Médias : 3 mois après la fermeture de Soleil FM, Virgile Ahouansè déplore le silence « hermétique » de Rémi Prosper Moretti

Photo : Le journaliste de Soleil FM 106 Mhz, Virgile Ahouansè


Mardi 17 décembre 2019 – Mardi 17 mars 2020. Exactement trois (03) mois jour pour jour que l’émetteur de la radio Soleil FM 106 Mhz, n’émet plus depuis Djeffa dans la commune de Sèmè-Podji où est basé le siège social du média. « La Direction de Soleil FM 106 Mhz informe les auditeurs de la radio que par correspondance en date de ce jour mardi 17 décembre 2019, la HAAC nous demande de suspendre nos émissions à partir de minuit, et ce, jusqu’à nouvel ordre. », avait-on lit dans le message communiqué de l’administration de la radio. Après un trimestre, inutile de rappeler que cette décision a mis les employés de cet organe de presse, propriété de l’homme d’affaires béninois, Sébastien Germain Ajavon, dans un chômage anticipé. Rappelons que ce dernier surfe sur une vague bleue en politique où il a su se positionner, notamment lors de la dernière élection présidentielle en 2016 avec une troisième place décrochée. Ce mardi donc, un confrère de la radio Soleil FM, aussi licencié s’est exprimé. C’est par le canal des réseaux sociaux que le journaliste s’est fait attendre pour déplorer le regard du président de la Haute Autorité de l’Audiovisuelle et de la Communication (HAAC) du Bénin, Rémi Prosper Moretti. « Cela fait trois mois exactement aujourd’hui que la HAAC a suspendu la radio Soleil FM. Trois mois de silence hermétique du président de l’institution de régulation des médias, trois courriers à lui adressés sans réponse. », a publié Virgile Ahouansè sur sa page Facebook.

« Toutes nos démarches officielles comme officieuses n’ont abouti à rien. »

Il faut reconnaître que cette décision de l’institution de régulation des médias au Bénin, est prise en respect à la clause d’acte de l’existence légale de la radio dans le pays. « Notre convention est arrivée à expiration. », avait reconnu dans son communiqué, la direction de la radio Soleil FM106 Mhz. Mais selon son journaliste, les responsables ne sont pas restés bras ballants depuis tout ce temps. « Toutes nos démarches officielles comme officieuses n’ont abouti à rien. », a souligné Virgile Ahouansè. Le confrère a également parlé d’indemnité. « Le personnel est licencié et attend le payement de ses droits… », a-t-il écrit sur sa page Facebook. Étant dans l’impossibilité d’exercer pleinement son Pouvoir, le quatrième de la République où la population a le droit d’être informer, le journaliste a eu un mot à l’égard des fidèles auditeurs et auditrices de la radio Soleil FM. « Voilà en bref le point de la situation à ce jour, car nous savons que vous aussi vous avez soif d’informations à ce sujet. », a fait savoir Virgile Ahouansè avant d’exprimer la reconnaissance des licenciés du média. « Toutes nos reconnaissances à ceux qui se sentent également touchés par cet événement. », a-t-il publié. Le confrère est positif et confiant. « Nous y arriverons… », a écrit Virgile Ahouansè pour conclure son message sur le canal social. Il convient de noter que le renouvellement de la convention de la radio Soleil FM106 Mhz est d’ores et déjà impossible. Sauf à une condition, une seule. « La HAAC demanderait qu’Ajavon même vienne signer le renouvellement… », avait avancé la Direction de sa radio. Or le promoteur, Sébastien Germain Ajavon, est Exilé en France depuis des mois suite à sa condamnation par la Cour de Répression des Infractions Économiques et du Terrorisme (CRIET) à 20 ans de prison et avec des amendes. Le président de l’USL est le premier opposant béninois à avoir obtenu le statut de réfugié politique en France sous la gouvernance de Patrice Talon. Porto-Novo accuse notamment Sébastien Germain Ajavon d’être impliqué dans un trafic de drogue.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.