Press "Enter" to skip to content

BOAD : L’institution signe 2 conventions de crédit de 114,8 milliards FCFA avec l’AFD pour Coronavirus et Climat

Photo : Le président de la BOAD, Christian Adovèlandé (D), et le Directeur de l’AFD-Togo, François Jacquier-Pelissier (G), à Lomé, ce mardi 7 juillet


La riposte face au Coronavirus et la Finance Climat, sont deux terrains d’action importantes sur lesquels la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) se veut être aux premières loges. À cet effet, toute initiative qui cadre avec la vision que développe le président de l’institution est la bienvenue. C’est l’explication de l’acte posé hier, mardi 7 juillet, par le premier responsable de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) et celui de l’Agence Française de Développement (AFD). Il s’agit en cause d’une signature entre le président la BOAD, le béninois Christian Adovèlandé, et le Directeur de l’AFD au Togo, le français François Jacquier-Pelissier. Cette signature dont le siège de la BOAD, à Lomé, au Togo, a été le témoin local, porte sur deux conventions de financement d’un montant total de 175 millions d’euros, soit 114,8 milliards de Francs CFA. Ces conventions, il faut le souligner, s’inscrivent respectivement dans le cadre de l’initiative française « COVID 19 – Santé en Commun » portée par le Groupe AFD et de la Finance Climat. Ces deux conventions, que l’on peut bien qualifier d’appuis, sont accompagnées d’une subvention d’assistance technique de 0,6 millions d’euros, soit 393 millions de Francs CFA. C’est une forte contribution que l’AFD apporte, à travers ce financement global, à la stratégie de la BOAD d’accompagner les États membres et opérateurs économiques de l’Union Économique Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA). Notamment dans l’optique de relance économique durable, ceci après les défis sanitaires, économiques et sociaux causés par la pandémie du Coronavirus.

Riposte face au Coronavirus

Ainsi, on retrouve un appui financier de 100 millions d’euros, soit 65,6 milliards de Francs CFA à la BOAD pour soutenir sa politique de riposte face au Coronavirus. C’est le but de la première convention. Et cette convention, il est important de le dire, vient relever l’initiative portée par la BOAD en relation avec la BCEAO et la Commission de l’UEMOA, à savoir financer les plans de riposte face au Coronavirus que les États membres de l’UEMOA, ont mis en place. Faut-il rappeler qu’à ce sujet, un prêt d’urgence à taux préférentiel d’un montant unitaire de 15 milliards de Francs CFA a été débloqué en faveur de chaque État membre, soit un total de 120 milliards de Francs CFA. Toujours à propos de cette première convention AFD-BOAD, elle financera des investissements de relance économique opérés par le secteur privé de la sous-région pour lequel l’institution que dirige Christian Adovèlandé vient de mettre à la disposition des Banques commerciales de l’Union monétaire, une ligne de refinancement d’un montant de 100 milliards de Francs CFA. En dehors de ce volet Financement, il faut noter que les deux institutions (BOAD et AFD) projettent un dialogue stratégique sur la relance économique durable dans le contexte post-crise. Ceci s’inscrit dans le cadre de la formulation du Plan stratégique de la BOAD pour la période 2021-2025. À souligner que les premiers axes et orientations de ce Plan stratégique sont d’ores et déjà approuvés. C’était précisément à l’occasion de la 117ème Session ordinaire du Conseil d’Administration de la BOAD, tenue le 24 juin dernier.

Hier, à Lomé, au Togo, la BOAD n’a pas seulement été appuyé dans sa politique de riposter face à la maladie du siècle. Inutile d’indiquer l’institution financière sous-régionale est très présente sur le terrain de l’Environnement et du Climat. C’est pour cette raison que la deuxième convention a porté sur une ligne de crédit de 75 millions d’euros, soit 49,2 milliards de Francs CFA, pour appuyer la BOAD dans la déclinaison de sa stratégie Environnement et Climat. Il faut aussi faire savoir qu’une subvention de 600 000 euros d’assistance technique, dont la finalité est de contribuer au développement de modèles économiques résilients et bas carbone en zone UEMOA, en densifiant et en réorientant les flux d’investissement vers des projets climat, accompagne cette ligne de crédit. Et à ce niveau, il faut être précis et dire qu’il s’agit de la ligne de crédit qui vise au financement de projets d’atténuation des émissions de gaz à effet de serre (25%) et d’adaptation des populations vulnérables aux conséquences des changements climatiques (75%) dans l’espace UEMOA. L’objectif spécifique de cette subvention, est de permettre à la BOAD d’accompagner durablement les huit (08) États de l’UEMOA, qui sont le Bénin, le Burkina-Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et enfin le Togo, ainsi que ses partenaires sur le sujet du climat. Soulignons que ces appuis qui sont une réponse favorable aux deux sollicitations de la BOAD, s’inscrivent pleinement dans la stratégie du Groupe AFD. Laquelle stratégie vise à accompagner la structuration d’un écosystème financier résilient et durable, en mesure d’opérationnaliser le volet financier de l’Agenda 2030, c’est-à-dire les Objectifs du Développement Durable (ODD) et l’Accord de Paris sur le climat en Afrique de l’Ouest. Il urge de reconnaître que la signature de ces deux conventions, est une expression manifeste d’une nouvelle page historique qui s’ouvre sur le bon et riche partenariat qu’entretiennent la BOAD et l’AFD. Ce partenariat, tenez-vous tranquille, ne date pas d’aujourd’hui, mais depuis près d’un demi-siècle, soit depuis la création de la BOAD en 1976.

Un partenariat, plusieurs points d’histoire

Il est bien matérialisé, notamment à travers neuf (09) opérations qu’on peut bien citer dans différents domaines dont l’agriculture, l’infrastructure de service public, appui au secteur privé, le secteur de l’énergie, la consolidation financière, et bien évidemment le climat. C’est un partenariat qui est alimenté par des échanges réguliers entre les directions générales et les équipes opérationnelles des deux institutions. Il prend aussi la respiration dans l’adhésion commune à l’ International Development Finance Club (IDFC) qui anime le débat stratégique des principales banques publiques de développement du monde autour de l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD) et de l’alignement avec l’Accords de Paris sur le climat. De même qu’à l’initiative Mainstreaming Climate Action in Financial Institutions qui rassemble à ce jour 44 institutions financières publiques et privées actives dans la promotion de la finance climat. Dans ce cadre commun, la BOAD et l’AFD vont marquer ensemble de leur présence au premier Sommet des Banques de Développement sur le financement des Objectifs de Développement Durable (ODD), que va accueillir la capitale française, Paris, du 10 au 12 novembre prochain. Ce Sommet sera organisé en partenariat avec le Forum de Paris sur la Paix. Il convient de préciser que c’est un événement de grande envergure qui va réunir pour la première fois, l’ensemble des Banques Publiques de Développement (BPD). La finalité est sa constitution en une plateforme essentielle pour encourager les institutions comme la BOAD à agir ensemble afin de libérer leur plein potentiel et de maximiser les investissements s’inscrivant en cohérence avec l’agenda multilatéral du développement durable. La cérémonie de la signature des deux conventions a pris fin dans une ambiance de partenariat durable et surtout dans le respect des gestes barrières à adopter pour vaincre l’ennemi invisible et meurtrier, Coronavirus. La rédaction differenceinfobenin.com du Groupe de presse DIFFÉRENCE peut bien affirmer que malgré la présence de la maladie dont le berceau reste et demeure la Chine, en Asie, aucun cas d’infection au Coronavirus n’a été détecté du début jusqu’à la fin de la cérémonie.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.