Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

Gaz domestique : Porto-Novo en feu, Patrice Talon au secours !

Le décollage imminent du « Bénin Révélé », est-il pour la destination du pays le plus cher en Afrique de l’Ouest ? La rédaction differenceinfobenin.com et celle du journal quotidien « Différence Info » du Groupe de presse « DIFFÉRENCE » sont dans wait and see comme tout le peuple béninois. Le constat quotidien de la hausse du prix du gaz domestique au Bénin est pointu et donne un abcès économique. Les décisions du gouvernement du président Patrice Talon sur le prix des hydrocarbures semblent ne pas répondre aux moyens de la population béninoise. Alassane Dramane Ouattara en Côte d’Ivoire, Faure Essomzina Gnassingbé au Togo, le militaire Paul-Henri Sandaogo Damiba au Burkina-Faso ou encore Mohamed Bazoum au Niger, seraient-ils encore plus sociables que le chef de la Rupture et du Nouveau Départ ? Allons pas-à-pas dans les éclairages. 

5.200 FCFA, à Porto-Novo

À l’issue du Conseil des Ministres du mercredi 23 mars dernier, le Compte-rendu renseignait que le gouvernement béninois a décidé du réajustement des prix des produits pétroliers, notamment les hydrocarbures avec en tête, le gaz domestique. Si rien n’est à signaler au niveau du prix des carburants, l’essence surtout qui n’a pas été réajusté à la pompe, du côté du gaz domestique, c’est du réajustement clair et net. En effet, au lendemain de cette décision de Porto-Novo, et ce, à compter du jeudi 21 avril, le prix de la bouteille de 6kg de gaz domestique est fixé à 4.770 FCFA, la bouteille de 12kg à 9.540 FCFA. D’où 795 FCFA le kilogramme de gaz au Bénin. Mais sur le marché, ce samedi 21 mai, la bouteille de gaz de 6kg est vendue à 5.200 FCFA. Ce qui est plus élevé que celui pratiqué dans la sous-région. 

Porto-Novo plus chère que Lomé, Yamou, Ouaga, Niamey,…

Chez nos voisins du Sud-ouest, Lomé a légèrement haussé son prix entre mars et mai. À travers un arrêté du ministre togolais de  l’Économie et des Finances, Sani Yaya, et de sa collègue déléguée chargée de l’Énergie et des Mines, Mila Aziablé, prenant effet à partir du mardi 10 mai 2022, a fixé le prix de la bouteille de gaz de 6kg à 3.120 FCFA, la bouteille de gaz de 12,5 kg à 6.500 FCFA. À Yamoussoukro, c’est le diviser par deux. En cause, le gouvernement ivoirien a fixé à partir du dimanche 1er mai, une nouvelle grille des prix des hydrocarbures. Ainsi, la bouteille de gaz de 6kg est à 2.000 FCFA  et celle de 12,5kg à 5.200 FCFA. Quant à la bouteille de gaz de 15kg, elle est vendue à 6.965 FCFA, celle de 17,5kg à 8.125 FCFA et la bouteille de 25kg est cédée à 11.610 FCFA. Enfin, la bouteille de gaz de 28kg est fixée à 13.000 FCFA. 

« Le gouvernement n’avait d’autre choix que d’augmenter le prix des hydrocarbures. Une augmentation pour réduire les exportations illégales. On a le choix en tant que gouvernement, de risquer la pénurie ou une augmentation qui va au moins permettre de réduire le flux d’exportation illégale. »

Abdoulaye Tall

De la capitale de Côte d’Ivoire, destination Ouagadougou. Au Burkina-Faso, les prix ont été aussi revus en hausse le mercredi 11 mai. Alors, le prix de la bouteille de gaz de 6kg est fixé à 2.000 FCFA et celle de 12,5kg à 5500 FCFA. Selon le Pouvoir militaire au Burkina-Faso, cette hausse a une explication. « Le gouvernement n’avait d’autre choix que d’augmenter le prix des hydrocarbures. Une augmentation pour réduire les exportations illégales. On a le choix en tant que gouvernement, de risquer la pénurie ou une augmentation qui va au moins permettre de réduire le flux d’exportation illégale. », avait justifié le ministre burkinabè chargé du Commerce, Abdoulaye Tall, à la sortie de la réunion gouvernementale. Du Nord-ouest, remontons au Nord pour signaler qu’au Niger, le prix n’a pas changé depuis sa fixation, il y a trois ans. Eh bien, depuis août 2019, la bouteille de gaz de 6kg est toujours fixée à 1.800 FCFA, celle de 3kg est à 900 FCFA et enfin, la bouteille de gaz de 12,5kg est vendue à 3.750 FCFA. 

Intervention plus sociale

Il convient de noter que le gaz domestique est vendu plus cher au Bénin que dans d’autres pays de l’Afrique Occidentale. Au regard de cette évidence, il urge l’intervention plus sociale du docteur politique, locataire du Palais de La Marina, à Cotonou, la capitale économique béninoise, le chef du gouvernement béninois, le président Patrice Talon. Ce serait, on ne le dirait jamais assez, un de plus dans la lutte contre la cherté de la vie et une mesure aussi salutaire que celle de l’huile végétale raffinée.

Soyez le premier a laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.