Press "Enter" to skip to content

Dialogue politique : Que retenir des travaux de la la première journée ? Réponse de Dorothée Cossi Sossa

Photo : Le Rapporteur, Victor Prudent Tokpanou et le Modérateur, Dorothé Cossi Sossa, jeudi 10 octobre au Palais des Congrès de Cotonou


Après l’ouverture des travaux du dialogue politique nationale ce jeudi par le chef de l’État béninois Patrice Talon, lesdits travaux se poursuivent ce vendredi 11 octobre au Palais des Congrès de Cotonou. À en croire le modérateur qui conduit les travaux, le Professeur Dorothé Cossi Sossa, l’on peut avoir déjà une idée sur le point de la première journée de cette assise de Cotonou. Considérant les explications du modérateur, les partis politiques concernés par ce dialogue politique ont fait de nombreuses propositions de révision des textes électoraux en vigueur en République du Bénin, notamment la Charte des partis politiques et le Code électoral. Car le professeur a demandé la vraie intention de ces acteurs politiques béninois. « Je crois que nous avons épuisé le point le plus important, le toilettage des lois qui ont créé quelques difficultés dans leur application en début d’année. Il s’agit de la Charte des partis politiques et du Code électoral », a déclaré l’ancien Garde des Sceaux, ministre de la Justice du gouvernement du feu Général Mathieu Kérékou.

Selon le modérateur du dialogue politique entre les partis de l’opposition et de la mouvance, des points à corriger dans ces textes électoraux ont été soulignés par ces formations politiques. « Ce qui s’est passé, c’est qu’il y a eu des sous-points. Quand on prend la loi, on a abordé problème par problème. », a confié l’ancien Secrétaire Permanent de l’OHADA. « (…) On a demandé aux partis d’identifier les problèmes concernant chacun de ces deux textes et ces problèmes ainsi identifiés constituaient les sous-points que nous avons identifiés », a élevé Dorothé Cossi Sossa. Il ajoute que « chaque parti politique présente sa position et à l’unanimité, des points sont retenus. ». À cet effet, une question à savoir : Le toilettage des textes de loi ayant conduit à l’absence d’une partie de l’opposition aux élections législatives ? peut se poser, mais la réponse du professeur de droit sera technique. « Sur certains points où nous ne pouvons pas trancher, nous allons rendre compte au président de la République, qui nous a réuni », a-t-il précisé.

Il convient de noter que le dialogue politique nationale prend fin ce samedi 12 octobre avec à l’appui, un rapport fait par l’ancien Garde des Sceaux, ministre de la Justice du gouvernement de Thomas Boni Yayi, le professeur Victor Prudent Tokpanou. Les propositions issues de l’assise par les différentes parties prenantes, seront présentées à l’appréciation de l’initiateur du dialogue politique nationale, le chef de l’État béninois Patrice Talon. Il faut reconnaître que la réunion de la Salle Bleue des Palais des Congrès de Cotonou, contrairement aux pensées des opposants aux partis politiques qui y prennent part, se déroule dans de bonnes conditions.

One Comment

Laisser un commentaire