Press "Enter" to skip to content

CEP 2020 : Salimane Karimou a lancé l’examen à Bantè

Photo : Le ministre béninois des Enseignements Maternel et Primaire, Salimane Karimou, à Bantè, ce lundi 6 juillet


Le département des Collines, retenu pour le lancement officiel de l’examen du Certificat d’Étude Primaire (CEP) Session de juillet 2020, a accueilli la délégation ministérielle conduite par le ministre béninois des Enseignements Maternel et Primaire, Salimane Karimou, ce lundi 6 juillet. L’objectif n’a pas changé depuis ce dimanche 5 juillet où le lieu du lancement a été rendu public par Porto-Novo : lancé officiellement les épreuves de l’examen du CEP sur le plan national. Eh bien, le chef de file des ministres en charge de l’éducation au Bénin a accompli la mission Républicaine. En effet, tôt, ce matin avec la clémence du ciel (chose bizarre, la pluie n’est naturellement pas au rendez-vous), le digne fils de Sakété a foulé le sol du département des Collines. Le patron du Ministère des Enseignements Maternel et Primaire (MEMP) et sa délégation se sont rendues plus précisément à Bantè. Dans cette ville du centre du Bénin, c’est le centre de composition de l’École Primaire Publique (EPP) d’Agoua qui a servi de cadre pour procéder au lancement officiel des épreuves écrites et orales. Une cérémonie qui a connu la présence des autorités politico-administratives du département des Collines avec à leur tête, le préfet du Zou, intérimaire des Collines, Firmin Couton. C’est d’abord la protection des candidats qui a préoccupé l’autorité ministérielle quand il a mis pied dans la salle de composition réservée pour la circonstance. « Chacun à son masque hein ? », a lancé Salimane Karimou. « Oui ! », ont répondu les candidats. Le premier écolier de la classe gouvernementale du président Patrice Talon aurait voulu que son visage soit bien visible pour les candidats. Mais il est un vrai exemple des directives qu’il a donné au sujet de la gestion des centres d’examen au regard du contexte sanitaire lié au Coronavirus. « C’est à cause de ça que vous ne voyez pas bien mon visage moi-même ; parce que j’ai porté de masque. », leur a-t-il fait savoir. À ce sujet, il leur a prodigué un conseil. « Il faut remettre chaque fois. Quand ça tombe, il faut remettre. C’est compris ? », a exigé le N°1 du MEMP. Très attentifs, les candidats lui ont répondu « oui ! ».

« Laissez les enfants travailler normalement ! Que chacun puisse mériter ses résultats. Ne cherchez pas à aider un candidat. Peut-être lorsque vous voulez l’aider que vous allez le perturber d’avantage. »

Salimane Karimou

Avant de lancer les épreuves, le ministre béninois des Enseignements Maternel et Primaire est allé dans la salle des acteurs impliqués dans le déroulement de cet examen, notamment les surveillants, les chefs centres où il a surtout rappelé les directives. « Avec la maladie, c’est strictement interdit. Si on trouve quelqu’un dans cette position-là, qui se promène, on peut le sortir. Le chef centre, le CRP ou le CP sont autorisés à remplacer à tout moment. », a martelé Salimane Karimou. Parlant de la surveillance des candidats, il a été clair et direct. Le ministre béninois des Enseignements Maternel et Primaire n’est pas allé par quatre chemins. « Laissez les enfants travailler normalement ! Que chacun puisse mériter ses résultats. Ne cherchez pas à aider un candidat. Peut-être lorsque vous voulez l’aider que vous allez le perturber d’avantage. », a fortement insisté Salimane Karimou. Ce matin, il a souligné le sens de la mission à eux confiée. « Restez très loin d’eux. C’est une mission Républicaine, qui est une mission noble et ce n’est pas donné à tout le monde. Donc il faut donner la preuve que vous méritez la confiance de l’État. », a recommandé le MEMP avant de demander si « C’est compris ? ». Et les surveillants de lui servir « Oui ! ». Puis Salimane Karimou ordonne leur déploiement dans les salles de composition. Voici arrivée le moment tant entendu. « Vérifie si c’est bien fermé. Prends le ciseau et il faut couper à partir d’ici. Vous faites la coupure non ? », a ordonné à une candidate l’autorité. Une fois l’épreuve de cette matinée partagée, à savoir l’épreuve de Lecture, le ministre conseille. « J’ai dit de ne pas avoir peur hein. Tout ce monde-là va partir et vous serez seul face à votre copie. Il faut bien réfléchir hein. Il ne faut pas se jeter sur l’épreuve et commencer par la traiter. Retenez votre souffle correctement.  Lisez bien et posément. », a prodigué Salimane Karimou.

Le top est donné et le ministre béninois des Enseignements Maternel et Primaire et sa délégation sont déjà en route pour la capitale, Porto-Novo. À préciser que deux cent six mille trois cent treize (206.313) candidats dont 98.614 filles dans tous le Bénin sont appelés à subir ces épreuves. Également dans le rang de ces 206.313 candidats, on retrouve cinquante-deux (52) sourds et muets ; dix-huit (18) aveugles et six (06) candidats Infirmité Motrice d’Origine Cérébrale (IMOC). Soit un total de soixante dix-sept (77) candidats à besoins spécifiques vont à l’assaut de leur premier diplôme scolaire. Indiquons que ces candidats composent dans 746 centres de composition au total, répartis sur l’étendue du territoire national.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.