Press "Enter" to skip to content

CEDEAO : Enceinte de l’ECO depuis 46 ans, la communauté repousse une nouvelle fois la date d’accouchement de sa monnaie unique

Photo : Les chefs d’États et de Gouvernements de la CEDEAO, en famille, à Accra, ce samedi 19 juin


En 1975, dès le début de la création de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), les pères fondateurs se sont donnés pour objectif de créer la monnaie unique pour la communauté ouest-africaine. Plusieurs fois annoncé pour être lancé, notamment en 1983, cette monnaie unique pour quinze (15) pays africains est à chaque repoussé jusqu’à ce week-end. En effet, ce samedi 19 juin, la 59ème Session ordinaire de la Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement des pays membres de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’est tenue à Accra, la capitale ghanéenne. Au nombre des décisions attendues par le peuple ouest-africain de ces assises, l’avenir de l’ECO, la monnaie unique annoncée par les dirigeants de la CEDEAO pour être mise en circulation dès l’année dernière pour remplacer le Franc CFA. 2020 étant passée depuis six mois, il y a lieu de se poser de question sur la naissance de cette monnaie. La CEDEAO qui porte ECO a donné de la voix hier, à Accra. En réunissant pour la première fois depuis l’imposition des activités de la Communauté à travers la visioconférence par Coronavirus, les chefs d’États et de Gouvernements de la CEDEAO ont décidé de repousser la date d’accouchement de l’enfant unique. Ainsi, il faut simplement noter que le lancement, c’est le moins qu’on puisse dire, de l’ECO est attendu en 2027. Problème ? Coronavirus, selon l’ivoirien en tête de la Commission de la CEDEAO. « En raison du choc de la pandémie (de COVID-19), les chefs d’État avaient décidé de suspendre la mise en œuvre du pacte de convergence de 2020-2021. », a déclaré Jean-Claude Kassi Brou. Les derniers détails sur la naissance de la monnaie unique de la CEDEAO feront l’objet d’une autre réunion le week-end prochain.

« Nous avons une nouvelle feuille de route et un nouveau pacte de convergence qui couvrira la période entre 2022 et 2026, et 2027 sera l’année de lancement de l’Eco »

Jean-Claude Kassi

Mais cette déclaration de l’ivoirien n’est pas restée sans arguments. Jean-Claude Kassi Brou a donné plus de détails soutenant la décision de repousser l’accouchement de l’enfant unique sous-régional que porte la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) depuis sa création. « Nous avons une nouvelle feuille de route et un nouveau pacte de convergence qui couvrira la période entre 2022 et 2026, et 2027 sera l’année de lancement de l’Eco », a précisé le président de la Commission de la CEDEAO. Faut-il encore se demander si 2027 serait-elle la bonne ? La réponse n’est pas à Porto-Novo, mais peut-être plutôt à Abuja. En cause, les dirigeants de l’Afrique Occidentale se réunissent le samedi 26 juin prochain dans la capitale nigériane pour régler les derniers détails au sujet de la monnaie unique de la CEDEAO. Pourquoi le Nigeria ? Inutile de rappeler que le grand et géant voisin de l’Est du Bénin fait parti des 15 pays de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Le Nigeria, parce que, il faut bien noter, c’est le dernier pays à rejoindre cette idée de l’ECO, après sa réticence dans un premier temps, car la monnaie sera unique pour tous les pays de la Communauté. Or, comme le Ghana avec sa monnaie Cidi, le Nigeria également à sa monnaie Naïra. Il est important de signaler que le pays que dirige Mohammadu Buhari n’est pas n’importe quel État. Ah oui, puisque parmi les 356 millions d’habitants que regroupe la CEDEAO, plus de la moitié, soit 190 millions vivent au Nigeria avec 375 milliards de dollars de PIB à lui seul pendant que la CEDEAO fait 685 milliards de dollars de PIB, soit plus de 50% de PIB total de la Communauté ouest-africaine, quand on considère l’année 2016.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.