Press "Enter" to skip to content

Terrorisme : C’est le tour du Bénin ? 3 morts dans une attaque à Porga

Photo : Le chef d’état-major de l’armée de terre béninoise, Colonel Fructueux Gbaguidi


Attaque terroriste au Niger, attaque terroriste en Côte d’Ivoire, attaque terroriste au Burkina-Faso… où on entend des soldats tués, des gendarmes tués, etc. Eh bien, il va falloir compléter la liste de ces pays de l’Afrique de l’Ouest qui subissent le malheureux, douloureux et pénible sort qu’infligent les jihadistes. À partir de ce jour, le pays que dirige Patrice Talon depuis le mercredi 6 avril 2016, après sa réélection en avril dernier, est désormais un territoire propice pour les jihadistes de commettre leur barbarie. En effet, dans la nuit d’hier, mercredi 1er décembre à ce jeudi 2 décembre, le Bénin a été, dans sa partie septentrionale, frontière avec le Burkina-Faso, attaqué par un groupe armé non identifié. Le poste de l’armée de terre béninoise à Porga, à quelques encablures du Parc Pendjari, a essuyé les balles des terroristes faisant un lourd bilan de deux morts dans le rang des Forces Armées Béninoises (FAB) et près d’une dizaine de blessés, à en croire Porto-Novo. Selon les sources militaires béninoises, après la démonstration de riposte côté FAB, face à l’attaque des terroristes, un jihadiste a été abattu.

« Le danger est réel sur le terrain. »

Colonel Fructueux Gbaguidi

Il est important de signaler que c’est une attaque qui intervient au lendemain d’un accrochage survenu dans le lit du fleuve Mekrou où les assaillants ont perdu un terroriste. À 650 km au Nord-ouest de Cotonou, la capitale économique du Bénin, où la Marina garde pour l’heure le silence, le nombre de ces ennemis de paix, de stabilité et de développement est encore à connaître. Même comportement du côté des groupes jihadistes qui élargissent leur domaine dans le sahel où aucun communiqué de revendication n’a été diffusé pour identifier l’appartenance du groupe d’assaillants qui vient d’indiquer que « le danger est réel sur le terrain » béninois. Un danger qu’a d’ailleurs reconnu le chef d’état-major de l’armée de terre béninoise le colonel Fructueux Gbaguidi dans son adresse de « condoléances aux familles des frères d’armes tombés sur le champ d’honneur ». Il convient de relever que cette attaque terroriste implique encore le Bénin 30 mois après l’enlèvement de deux touristes français conduits au Mali et de l’assassinat de leur guide béninois dans le Parc Pendjari puis leur véhicule retrouvé au Burkina-Faso. Attention !!!

Be First to Comment

Laisser un commentaire