Press "Enter" to skip to content

Santé Sexuelle et Reproductive : Véronique Tognifodé plonge Atacora et Atlantique dans la vision sociale de Patrice Talon

Photo : La ministre béninoise des Affaires Sociales et de la Microfinance, Véronique Tognifodé


« Chaque enfant qu’on enseigne est un homme qu’on gagne », disait Victor Hugo. Pour le président Patrice Talon, enseigner un enfant avant de le gagner, ne commence pas par forcément à l’école. À en croire ses réformes sociales, le « dialogue parent-enfant » est le socle d’une famille, puis d’une Nation, surtout pour une bonne éducation sur tous les sujets. C’est ce qu’a compris celle qui concrétise les projets sociaux que le chef du gouvernement auquel elle appartient a inscrit dans le document de politique du développement durable du Bénin, à savoir le Programme d’Actions du Gouvernement (PAG) pour son premier quinquennat 2016-2021. En effet, les actes que pose la patronne du Ministère des Affaires Sociales et de la Microfinance (MASM), Véronique Tognifodé, le prouvent à suffisance. Le dernier acte en date est l’initiative de renforcer les compétences des parents et éducateurs en matière de dialogue parent-enfant pour une bonne éducation sexuelle en famille. Une très belle initiative qui se présente comme une réponse idoine au regard des données inquiétantes enregistrées en matière de Santé Sexuelle et Reproductive au Bénin avec une hausse de taux de grossesses précoces notamment en milieu scolaire, de mortalité infantile et maternelle, de femmes souffrant de fistule obstétricale, etc. C’est bien l’explication que la rédaction differenceinfobenin.com du Groupe de presse DIFFÉRENCE et celle du journal quotidien « DIFFÉRENCE INFO » donnent à l’organisation de l’atelier de formation de volontaires sur la Santé Sexuelle et Reproductive des Adolescents et Jeunes (SSRAJ). L’atelier a été une parfaite réussite pour la Direction de la Famille, de l’Enfant et de l’Adolescent (DFEA) sous tutelle du Ministère des Affaires Sociales et de la Microfinance (MASM). Une réussite grâce à l’appui d’un partenaire technique au développement du Bénin, le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA).

Il faut préciser que l’objectif est d’avoir une chaîne de continuité à partir des volontaires pour amener les parents et les communautés dans le processus du dialogue parent-enfant pour une bonne éducation sexuelle en famille. Ainsi, les anneaux de cette chaîne sont en train d’être jeté depuis la semaine dernière. Cinq (05) communes du Bénin sont attendues pour être plongées dans cette vision sociale du président Patrice Talon. De ce fait, la commune de Natitingou, dans le département de l’Atacora, au Nord-ouest du pays, est déjà dans les pas avec la tenue de l’atelier de formation à l’hôtel la Montagne du lundi 21 au vendredi 25 septembre. Les travaux dudit atelier ont connu la participation de volontaires venus des communes de Kérou, Kouandé et Péhunco qui, une fois sortie, ont été installés dans leurs communes respectives pour l’enchaînement de l’objectif visé par le MASM. Une installation procédée officiellement ce lundi 28 septembre dans la commune de Kouandé par une équipe composée des cadres du MASM et ceux de la préfecture de Natitingou. Idem dans la commune de Péhunco ce jour, mardi 29 Septembre. Elle sera bouclée demain, mercredi 30 septembre par la commune de Kérou pour le compte du département de l’Atacora que dirige la seule femme préfète Lydie Déré Chabi Nah. Après avoir bouclé les communes sous la préfecture de Natitingou, l’équipe du MASM va ensuite mettre le cap sur la préfecture d’Allada pour retrouver le département que dirige le préfet Jean-Claude Codjia, à savoir l’Atlantique. Dans ce département du Sud du Bénin, deux communes attendent impatiemment l’installation officielle de leurs volontaires sur la SSRAJ. Il s’agit notamment de la ville-dortoir Abomey-Calavi et de Sô-Ava. Une installation qui a été effective ce jour, mardi 29 septembre où les volontaires ont saisi l’occasion pour prendre un engagement. Celui d’assumer la mission qui leur est assignée. Une mission, il est important de le souligner, qui ne serait pas accomplie sans la coordination du Chef du Centre de Promotion Sociale (CCPS) et dans le strict respect de la feuille de route à suivre pour l’atteinte des objectifs dans ces différentes communes des deux départements.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.